Solueco, services aux entreprises, avantages et réductions pour les salariés
Agitateur de solutions !
Englisch
Français
Deutsch
 
 
La richesse nationale au cœur de nos régions
NOTRE CONCEPT
Un bouquet de Solutions
ECONOMIQUES , ECO-RESPONSABLES 
au service : 
des Professionnels
* des Particuliers
Assistance juridique
  • STRATEGIE D'ENTREPRISE

     

    « Idée reçue N°1 : La Stratégie est un exercice uniquement réservé aux grandes entreprises ! FAUX !! »

    Nous faisons tous de la stratégie, parfois sans le savoir, et souvent de manière non structurée, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose….

    Ce qui rend la réflexion stratégique efficace, c’est la structure et le challenge permanent par rapport aux à-prioris. Toutes les entreprises, même les toutes petites ont besoin d’une part de clarifier leurs ambitions (où veut-on aller) et la manière d’atteindre ses objectifs (comment faire), et d’autre part de s’organiser en conséquence (mise en oeuvre).

    Notre métier est de rendre cette réflexion et cette « implémentation » accessible à toutes les entreprises.

    Une stratégie claire et une organisation orientée vers l’atteinte des objectifs fixés, sont les garants de la réussite de votre entreprise.

    Un (bon) support externe vous fera gagner du temps et de l’efficacité.

    Pour que le conseil ne soit plus une dépense, mais un réel investissement, rendez-vous le 12 mai prochain !

  • LE RECOUVREMENT DES CREANCES
     
    Le recouvrement des créances de faible montant facilité ! 
     

    Les entreprises pourront bientôt recouvrer leurs petites créances sans avoir à saisir la justice en faisant simplement appel à un huissier. 

    Actuellement, pour recouvrer une créance impayée, les entreprises n’ont pas d’autre choix que de saisir le juge. Or, quand il s’agit d’une créance d’un faible montant, elles hésitent voire renoncent à engager une procédure judiciaire souvent longue, complexe et parfois coûteuse. Du coup, nombre de créances peuvent demeurer impayées, ce qui est de nature à fragiliser la trésorerie des entre-prises et donc à les mettre en difficulté. 

    C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics viennent d’instaurer, par le biais de la loi Macron, une procédure simplifiée de recouvre-ment des petites créances. En pratique, pour recouvrer une créance inférieure à un montant qui sera fixé ultérieurement par décret (qui devrait être compris entre 1.000 € et 2.000 €), le créancier pourra saisir directement un huissier de justice en remplissant un formulaire décrivant la nature du litige et le montant des sommes impayées, accompagné des justificatifs. 

    Cette procédure pourra être mise en oeuvre pour les créances contractuelles ou résultant d’une obligation statutaire. 

    L’huissier invitera ensuite le débiteur, par lettre recommandée avec avis de réception (LRAR), à participer à la procédure. Lorsque ce der-nier sera d’accord, la prescription de l’action en paiement sera suspendue. Puis, une fois que l’huissier aura recueilli l’accord du créancier et du débiteur sur le montant et les modalités du paiement, il délivrera un titre exécutoire. Titre qui lui permettra de procéder à l’exécu-tion forcée de l’accord au cas où le débiteur n’honorerait pas ses engagements. 

    Grand intérêt de cette procédure, son coût (à la charge du créancier) devrait être de l’ordre de 25 € seulement et sa durée d’un mois à compter de l’envoi de la LRAR par l’huissier. 

  • Transports partagés : l'appui des nouvelles technologies

    Que s'est-il passé pour qu'en moins de 10 ans la voiture soit destinée à passer de main en main ?

    « Les modes de transports alternatifs s’imposent progressivement parce que la technologie est au rendez-vous. Que ce soit la location entre particuliers, le covoiturage ou l’autopartage, tout passe par des plates-formes Internet qui permettent de sécuriser les transactions. De plus, les applications pour smartphone facilitent également l’accès à des systèmes d’information multimodaux. »

    Demain, quel que soit le lieu où on vit, il sera possible de choisir sur son smartphone la combinaison de moyens de transport optimale pour aller d’un point A à un point B n’importe où en France.

    À l’échelle locale, ce système vient d’être mis en place sur Lyon et les 59 communes alentour. Onlymoov.com permet en effet de calculer en temps réel les moyens de transport disponibles entre deux adresses de l’agglomération lyonnaise : tramway, train, bus, vélo, voiture en libre-service, marche… tout y passe.

    Ce système d’information multimodale, qui compile des milliers de données, est actuellement le plus performant d’Europe. Mais l’apport de la technologie ne s’arrête pas là. S’il est déjà techniquement possible de déverrouiller un véhicule à distance depuis son smartphone, les constructeurs automobiles réfléchissent à la mobilité de ces vingt prochaines années. Une réflexion où le partage a toute sa place. «La voiture fera partie intégrante de l’offre de service public de transport. Pour cela, elle devra être autonome, connectée et pourquoi pas électrique ».

    Au-delà de leur attrait économique et pratique, ces formes de déplacements partagés rencontrent un autre phénomène : le besoin de convivialité !
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

     

  • Recyclage
    En France, entre 2004 et 2010, la production de déchets a nettement augmenté, passant de 297 millions de tonnes à 355 millions de tonnes, soit une augmentation de près de 20 %, largement au-dessus de la croissance de la population (+ 4 %) ou celle du PIB (+ 7,2 % en volume). La plus forte augmentation vient du secteur de la construction (+ 24 %), mais la production de déchets ménagers augmente également sensiblement (+14 %), indique le dernier bilan de l'ADEME sur les déchets.
     
    Les objectif de la France en matière de gestion des déchets : 
     
    Selon la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement du 3 août 2009, dite Grenelle I et les objectifs européens, la France doit :
    - Réduire de 7 % la production de déchets ménagers par habitant d'ici 2014 ;
    - Augmenter le recyclage matière et organique des déchets pour atteindre un taux de valorisation de 35 % en 2012 et de 45 % en 2015.
    - Diminuer de 15% d'ici 2012 les quantités de déchets stockés et incinérés et parvenir à un taux de recyclage de 75% pour les déchets     d'emballage ménagers en 2012

     
    Ce qui représente 590 kg de déchets ménagers et assimilés par an et par français selon l'ADEME sur les déchets.
    C'est tout de même deux fois plus qu'il y a 40 ans, précise l'ADEME.
     
     
     
  • L'impact des embouteillages sur les émissions de CO2 :

    L'étude a également calculé l'impact carbone qui accompagnera la hausse des bouchons attendue. Le carburant consommé lorsqu'un véhicule est immobilisé dans la circulation résulte en l'émission de gaz à effet de serre et de polluants ayant pour conséquence une dégradation de la qualité de l'air. Selon l'ADEME, dans les bouchons, la consommation double et une voiture moyenne peut consommer jusqu'à 16 l / 100 km !

    Entre 2013 et 2030, les émissions de CO2 devraient augmenter de 13 % en France, certes moins qu'au Royaume-Uni (+ 24 %) mais nettement plus qu'Outre-Rhin où une hausse de 1% seulement est prévue. Le montant financier des émissions françaises de CO2 devrait passer de 11 millions d'euros à 232 millions d'euros entre 2013 et 2030 du fait de hausses substantielles sur le marché européen des émissions de CO2.

    Malheureusement, l'étude ne s'est pas intéressée à la qualité de l'air proprement dite, alors que les grandes agglomérations françaises suffoquent de plus en plus régulièrement sous les pics de pollution (cf. pics impressionnants de mars 2014), ce qui augmente notamment les prises en charge médicales. « Cette étude tire le signal d'alarme pour sensibiliser le public sur l'impact croissant des bouchons d'une part sur l'économie et d'autre part sur les budgets des foyers », souligne Matt Simmons, Directeur Europe d'INRIX. « Si nous ne réagissons pas dès maintenant, la saturation des axes routiers aura de très graves conséquences pour l'économie du pays, les entreprises et les citoyens dans les années à venir.

    Et si la question semble déjà très préoccupante aujourd'hui, ce sera bien pire encore à l'horizon 2030 ».
    doivent repenser complètement nos déplacements que ce soit dans les modes mis à disposition, leurs coûts et accessibilité mais aussi leur pertinence.